Soif de changement: Le Parlement mondial de la jeunesse pour l’eau

Les jeunes leaders en eau de partout le monde se sont rassemblés pour l’action à Brasilia pendant le Forum mondial de l’eau.

photo (c) Presence Switzerland

Les 50 jeunes originaires de 25 pays qui se sont réunis à Brasilia ont montré qu’ils étaient des acteurs du changement qui agissaient déjà aux niveaux local, régional et international. Au cours du forum, nous les avons vus mobiliser, influencer et persuader les décideurs, partager leurs messages de lutte contre les inégalités et promouvoir des solutions basées sur la paix et la nature. Ils ont démontré que les jeunes sont des acteurs légitimes dans le présent, capables de mener et de mettre en œuvre des projets concrets. Les événements et ateliers organisés à Brasilia ont permis de tisser des liens solides entre les participants qui renouvelleront le réseau du Parlement Mondial de la Jeunesse pour l’Eau pour trois autres années de plaidoyer et d’action énergiques.

Grâce à leur perspicacité, à leurs connaissances et à leur dévouement, nos jeunes parlementaires ont montré qu’ils s’engageaient à faire une différence au niveau local. Ils veulent partager leurs connaissances et faire progresser la coopération transfrontalière en partageant leurs points de vue avec la communauté internationale. Ils joueront un rôle clé pour combler le fossé entre les décideurs de haut niveau et les parties prenantes locales, en renouvelant et en amplifiant la voix des citoyens par de nombreux moyens, tels que le mouvement Blue Peace. Une plateforme en ligne intitulée Youth For Water and Peace est en cours de développement en coopération avec le Geneva Water Hub. Elle constitue l’un des nombreux exemples de la façon dont cette vision se manifeste déjà dans l’action.

LES VOIX DES JEUNES AU FORUM

photo (c) Presence Switzerland

Les participants sont intervenus à différents niveaux et ont réussi à influencer les décideurs. Lors du Panel de Haut-Niveau sur l’Eau et la Paix, Stephanie Woodworth (Canada), a partagé son expérience de travail avec les Water Walkers, un groupe autochtone de l’Ontario, avec les auteurs du rapport de Haut-Niveau. Cette intervention efficace a incité les 200 participants à se lever et, ensemble, ils ont prononcé un proverbe anish’nabe affirmant la vitalité de l’eau et l’impératif commun de la protéger et de la partager.

Bota Sharipova (du Kazakhstan) a partagé son expérience de travail avec les conseils de bassin du Kazakhstan, qui est né de ses efforts pour sauver la mer d’Aral. Grâce à la détermination et au soutien d’un réseau de jeunes d’Asie centrale issu de nos efforts à Astana, les jeunes ont maintenant une place permanente dans les réunions du conseil.

Lindsey Aldaco-Manner (des USA) delivered the closing remarks at a panel entitled “Multi-stakeholder Dialogue: Water-Energy-Food Nexus and SDGs Implementation”. “Studying science at university, I learned nothing about how to communicate my ideas in a way that people can understand,” she explained. “I had to learn this on my own time. I ask all of you, do you want to sound smart, or do you want to reach enough people so that you can make a difference?”

Lindsey Aldaco-Manner (des États-Unis) a prononcé le discours de clôture lors d’un panel intitulé «Dialogue multipartite: Nexus eau-énergie-alimentation et mise en œuvre des ODD». “En étudiant les sciences à l’université, je n’ai pas appris comment communiquer mes idées d’une manière compréhensible pour le public”, nous a-t-elle expliqué. ” J’ai dû apprendre durant mes temps libres. Je vous demande à tous, voulez-vous avoir l’air intelligent, ou voulez-vous toucher suffisamment de personnes pour arriver à changer les choses?”

PARTAGER L’EAU – LA RÉACTION DES JEUNES

Le thème du Forum, Partager l’eau, a trouvé un écho auprès des participants du Parlement. Beaucoup proviennent de points chauds transfrontaliers actuels ou potentiels. Le rôle des jeunes, en tant que parties prenantes dans ces casse-têtes complexes, est un défi que nos participants sont motivés à relever. Le principal défi consiste à faire en sorte que les jeunes soient reconnus et inclus dans la prise de décisions et non pas limités à jouer un rôle symbolique. L’héritage du 8e Forum sur ce front sera probablement considéré comme mitigé, le Forum des jeunes ayant été rebaptisé sans cérémonie le Forum junior, et plusieurs de ses recommandations n’ont pas été mises en œuvre. L’enthousiasme pour travailler ensemble sur des défis connexes n’a cependant pas diminué.

Joyce Najm Mendes (du Paraguay), s’est exprimé sur le rôle de la jeunesse dans le mouvement Blue Peace, en particulier en ce qui concerne la coopération transfrontalière, lors des Blue Peace Talks. Elle vit à Foz do Iguaçu, une région géographique située aux frontières du Brésil, de l’Argentine et du Paraguay, où elle anime des ateliers de sensibilisation et une formation pédagogique pour les jeunes. Chaque jour, elle réunit des jeunes pour partager l’eau de manière pacifique. Son travail est une expérience vivante dans la coopération transfrontalière – malgré les différences, les jeunes parlent d’une voix beaucoup plus forte quand ils se réunissent.

 

SENSIBILISATION ET RÉCEPTION

Nous avons organisé des activités et des ateliers pour aider les participants à devenir de meilleurs communicateurs. Un atelier de communication du matin a exploré la pertinence universelle de la narration et comment des histoires captivantes et centrées sur les personnes peuvent aider à construire et à faire grandir un mouvement. Travaillant en groupe, ils ont choisi et partagé leurs propres histoires. Cela jette les bases de campagnes de communication inspirantes et mémorables axées sur la narration et le caractère, qui font souvent défaut dans la communication lourde et globale axée sur les faits. L’accès Internet sporadique au premier semestre n’a pas empêché les médias sociaux de toucher un public de plus de 200 000 personnes, dont un grand nombre s’est intéressé au contenu et l’a commenté. Les jeunes journalistes ont couvert les événements et ont publié des articles, des blogues, des vidéos et une apparition à la télévision égyptienne Nile TV.

QUELLE EST LA PROCHAINE ÉTAPE?

Les jeunes sont déterminés à coopérer et à collaborer. Issu d’un large éventail de domaines personnels et professionnels – notamment l’environnement, le droit, la médecine, la kinésiologie et l’histoire – les participants ont collaboré avec enthousiasme aux messages clés et à la déclaration finale. Ce document s’engage à se concentrer sur trois domaines: l’inégalité, la paix et la protection de l’environnement. Beaucoup de jeunes participants vivent ces défis tous les jours, ce qui en fait des défenseurs idéaux.

Les projets concrets innovants actuellement menés par plusieurs participants sont des démonstrations concrètes de ces principes. Ils représentent une approche alternative permettant des projets adaptés aux besoins locaux, prêts à être développés et reproduits. Marly Julajuj Coj a présenté son projet de récupération d’eau de pluie dans les villages autochtones du Guatemala. Jelena Krstajic et Mukti Rahman ont également attiré un public reconnaissant pour leurs travaux novateurs sur la réhabilitation des rivières et l’autonomisation des femmes entrepreneurs, respectivement. Être reconnu comme acteur légitime est toujours un défi, mais ces projets, qui font l’envie de nombreux planificateurs de projets de longue date, montrent que ce statut est bien mérité pour les jeunes d’aujourd’hui.

The participants are hard at work planning and implementing action in their local communities, and preparing the global network for an awareness campaign on water and peace. They are also actively working to connect and communicate with the 35+ Youth Parliaments for Water around the world, and building their movement’s capacity for change. They’re supported in this work by the ISW. We have already seen what they can achieve on the local and international level, and the positive results so far indicate a strong potential for this movement of young water leaders.

Les participants travaillent d’arrache-pied à la planification et à la mise en œuvre d’actions dans leurs communautés locales et préparent le réseau mondial pour une campagne de sensibilisation sur l’eau et la paix. Ils travaillent également activement à établir des liens et à communiquer avec plus de 35 parlements de jeunes pour l’eau dans le monde entier, et à renforcer la capacité de changement de leur mouvement. Nous les prenons en charge dans ce travail. Nous avons déjà vu ce qu’ils peuvent réaliser au niveau local et international et les résultats positifs obtenus jusqu’à présent indiquent un fort potentiel pour ce mouvement de jeunes leaders de l’eau.

Davantade d’information: Liste des présentations de panélistes | Photos | Média sociaux