SIE - SEE

Programme eau et assainissement au Tadjikistan

Le Tadjikistan compte, 8 millions d’habitants, dont 5,8 millions (73 %) habitent en zone rurale. Seulement 29 % des habitants bénéficient d’un accès à l’eau potable; 36 % d’entre eux n’y ont aucun accès , et 35 % ont accès uniquement à une source non améliorée. Dans beaucoup de villages, les habitants n’ont d’autres choix que de consommer de l’eau non potable provenant des canaux d’irrigation, ou d’acheter à prix fort de l’eau de qualité douteuse transportée dans des camions citernes, deux sources qui ne sont ni fiables ni régulières. De plus, l’eau des canaux ne coule pas en tout temps et les habitants sont obligés, à certaines périodes de l’année, d’acheter l’eau de revendeurs. Ils payent alors jusqu’à 15 dollars américains le mètre cube.

Objectifs du programme :

Amélioration de la santé et du bien-être des populations rurales grâce à l’accès durable aux services d’eau et d’assainissement. Amélioration des comportements hygiéniques dans les ménages. Construction d’un secteur d’assainissement et d’approvisionnement en eau entièrement autonome en zone rural.

Objectifs spécifiques :

  • Mise en place d’un cadre politique et réglementaire pour l’approvisionnement durable en eau potable et l’assainissement en zone rurale, partout dans le pays.
  • Développement et intégration à tous les niveaux de processus transparents et efficaces pour le choix des villages et la gestion des associations des usagers de l’eau.
  • Amélioration de la santé des populations rurales des zones ciblées (y compris celle des enfants) grâce à un accès plus facile aux services d’eau potable et d’assainissement.
  • Optimisation des capacités des opérateurs locaux à gérer et à entretenir les systèmes d’assainissement et d’approvisionnement en eau.
Avec la construction de systèmes pilotes d’accès à l’eau, nous voulons démontrer qu’il est possible de répondre aux besoins des populations en eau potable, d’améliorer la situation des toilettes publiques et d’en instaurer une gestion efficace et efficiente par les populations. Un tarif qui couvre la totalité des coûts assure la gestion durable du système et permet son développement.

Résultats attendus

Pour l’objectif spécifique 1 :

  • Des textes légaux pour protéger les ressources en eau et l’environnement sont proposés pour favoriser l’approvisionnement en eau en zone rurale.
  • L’approvisionnement en eau potable et l’assainissement en zone rurale font partie d’une politique GIRE effective avec des schémas de gestion décentralisée par bassin.
  • L’éducation à l’hygiène et à la santé est intégrée aux cursus scolaires nationaux du primaire et du secondaire.

Pour l’objectif spécifique 2 :

  • Les autorités régionales, communales et locales participent à la planification des services d’eau et d’assainissement en zone rurale (y compris le choix des communes et des villages); les budgets sont établis.
  • La responsabilité de l’infrastructure des systèmes d’eau et d’assainissement en zone rurale est clairement définie.
  • Une approche unifiée et normalisée pour l’établissement des tarifs est reconnue au niveau national et mise en œuvre.

Pour l’objectif spécifique 3 :

  • 50 000 personnes de plus ont accès aux services d’eau potable et d’assainissement en zone rurale.
  • Les taux de maladies liées à l’eau et de mortalité infantile causée par l’eau non-potable et le manque d’hygiène sont réduits de 50 % dans la zone du projet.
  • Toutes les écoles et tous les centres de santé des villages sélectionnés ont des toilettes hygiéniques.
  • Les ménages les plus démunis reçoivent de l’assistance technique pour construire des toilettes hygiéniques.

Pour l’objectif spécifique 4 :

  • Les Organisations de l’eau potable (OEP) rurales ont les professionnels nécessaires pour être autonomes financièrement et techniquement.
  • Les OEP ont un système de comptabilité transparent.
  • L’égalité des genres est atteinte au sein des OEP. Il y a aussi une égalité femmes/hommes dans les postes de décision.
  • Le taux de recouvrement est au moins de 85 %, assurant la viabilité financière des OEP.

Réalisations

L’accès durable à l’eau potable grâce à une gouvernance locale performante

À la fin de 2015, plus de 40 000 personnes dans six villages ont un accès durable à l’eau potable. Les sept OEP enregistrées gèrent ces systèmes d’eau. Leur personnel a été formé sur les aspects techniques, financiers et de gestion afin de pouvoir assurer le fonctionnement et l’entretien de leur système de manière autonome.

Une approche qui intègre les questions de santé

L’accès à l’eau est essentiel, mais ne suffit pas à lui seul à améliorer de manière significative la santé des populations rurales. Nous organisons donc des campagnes de sensibilisation à l’hygiène pour appuyer les actions visant l’accès à l’eau potable. Grâce à ces campagnes, l’incidence des maladies transmises par l’eau a diminué de manière notable et durable dans les villages ciblés par le projet. Des campagnes régionales et nationales ont été organisées afin de toucher toute la population et d’accroître notre portée. Plus de 1 500 employés des ministères de la Santé et de l’Éducation ont été formés sur les comportements liés à l’eau.

Une approche de recouvrement de la totalité des coûts

L’une des principales caractéristiques des OEP mises en place est l’instauration d’un tarif pour l’eau en accord avec la population de chaque village. Ce tarif comprend non seulement les coûts de fonctionnement du système d’eau (l’électricité pour la pompe, le paiement des techniciens de maintenance, les frais d’entretien, etc.) mais aussi l’amortissement : le coût de l’investissement est compris dans le tarif et sera amorti dans 5, 8 ou 25 ans, selon l’équipement concerné.

Un tarif abordable

Le tarif établi pour chaque village avec l’appui de SIE est de 40 centimes le mètre cube, c’est-à-dire plus de 35 fois moins cher que le prix au camion-citerne. Si 85 % de la population paie ce tarif, cela permettra d’atteindre un seuil de rentabilité et d’ainsi rendre les services d’eau accessibles aux habitants qui n’ont pas les moyens de payer.

Un taux de recouvrement important

L’expérience des 15 dernières années démontre qu’à la suite d’une période de transition, le taux de recouvrement atteint entre 90 et 95 %, et reste à ce niveau tant que les populations continuent de bénéficier d’un service d’eau. Le tarif est établi librement par les habitants du village et les montants sont collectés par l’OEP. Ce tarif est fixé en accord avec les agences nationales de lutte contre les monopoles.

Un coût d’investissement abordable

Avec un prix d’environ 60 dollars américains par personne, l’investissement requis reste abordable. Le modèle proposé comprend des connexions à domicile et convient aux villages d’environ 2 000 à 10 000 habitants. Il convient aussi aux systèmes où plusieurs villages dépendent d’une seule source d’eau, de même que pour les villages qui utilisent l’eau souterraine ou l’eau de surface.

À venir

En 2016, nous allons soutenir le renforcement des systèmes par les habitants, de façon à atteindre 30 000 personnes. Quelques 1 500 acteurs-clés (des ministères de la Santé et de l’Éducation) seront formés au Tadjikistan sur le changement de comportements liés à l’eau et à l’hygiène.

Partenaires

Actualités

Percée pour le recouvrement intégral des coûts de l’approvisionnement en eau en milieu rural au Tadjikistan

Contexte Avec ses nombreux lacs et ses glaciers importants, le Tadjikistan, en grande partie semi-aride, dispose d’abondantes ressources en eau douce: environ 60% des cours d’eau d’Asie centrale proviennent de ses montagnes. Toutefois, en raison du terrain accidenté, de la croissance démographique et de l’effondrement des systèmes d’approvisionnement en eau potable et d’irrigation subventionnés au … Continuer la lecture de Percée pour le recouvrement intégral des coûts de l’approvisionnement en eau en milieu rural au Tadjikistan 

Continuer >

15 ans d’engagement du SIE et de ses partenaires en Asie Centrale

La mobilisation de la population et des acteurs locaux, une clé pour l’accès de tous à l’eau potable et à l’hygiène. Voici un bref bilan de nos activités et celui de nos partenaires en Asie Centrale, sur plus de 15 années d’engagement. Le document dresse d’abord le portrait de l’impressionnante vallée de Ferghana, pour ensuite … Continuer la lecture de 15 ans d’engagement du SIE et de ses partenaires en Asie Centrale 

Continuer >

Publications

15 ans d’engagement du SIE et de ses partenaires en Asie Centrale

La mobilisation de la population et des acteurs locaux, une clé pour l’accès de tous à l’eau potable et à l’hygiène. Voici un bref bilan de nos activités et celui de nos partenaires en Asie Centrale, sur plus de 15 années d’engagement. Le document dresse d’abord le portrait de l’impressionnante vallée de Ferghana, pour ensuite … Continuer la lecture de 15 ans d’engagement du SIE et de ses partenaires en Asie Centrale 

Continuer >

Comment établir un recouvrement intégral des coûts du système d’approvisionnement en eau ?

Ce document se fonde sur les expériences de l’approvisionnement en eau en milieu rural et du projet d’assainissement mis en œuvre en Ouzbékistan et au Tadjikistan par le Secrétariat international de l’iau (SIE). Il explique les détails du modèle qui permet le recouvrement intégral des coûts et analyse les facteurs de réussite et la réplication. … Continuer la lecture de Comment établir un recouvrement intégral des coûts du système d’approvisionnement en eau ? 

Continuer >